Skip to main content
L’alcool, à quel point est-ce trop?

novembre 19, 2020 • de lecture

Partager cet article

L’alcool, à quel point est-ce trop?

Le Canada a un problème de boisson. Environ 20 % d’entre nous déclarent que les mesures de confinement de la pandémie font que la consommation d’alcool est désormais une activité quotidienne. Et nos statistiques de consommation d’alcool avant la pandémie n’étaient pas si bonnes non plus – 19 % d’entre nous étaient de grands buveurs en 2018. Cela ne veut pas dire que nous sommes un pays d’alcooliques, mais c’est quand même inquiétant. Alors, comment trouver le juste équilibre entre le plaisir et la santé? Lisez ce qui suit pour savoir à quel point l’alcool devient un excès.

Définir les problèmes de consommation d’alcool

Il existe deux principaux types de problèmes de consommation d’alcool : la consommation excessive d’alcool et l’alcoolisme (trouble de la consommation d’alcool). Bien qu’ils puissent sembler similaires, ils sont en fait très différents. Il n’y a pas de quantité d’alcool déterminée qui définit une personne comme alcoolique. L’alcoolisme signifie que vous avez une dépendance physique à l’alcool et que vous ne pouvez pas arrêter d’en consommer même si vous le voulez, que vous buviez deux verres par jour ou 20.

Bien que cela puisse sembler être exclusivement réservé aux étudiants universitaires, la consommation excessive d’alcool ne signifie pas nécessairement des entonnoirs à bière et des rondes de shooter. Une consommation importante d’alcool est considérée comme cinq verres ou plus pour un homme, et quatre verres ou plus pour une femme, en l’espace de deux heures. Et même si vous ne le faites qu’une fois par semaine, les effets sur la santé d’une consommation excessive d’alcool peuvent être tout aussi graves que l’alcoolisme. Votre foie n’est pas conçu pour traiter une grande quantité d’alcool en une seule fois, ce qui signifie que les risques pour la santé liés à la consommation de sept verres en une nuit sont bien plus importants que ceux liés à la consommation du même nombre de verres répartis sur une semaine.

Quelle quantité devrais-je boire?

Il n’y a aucun problème à déguster un verre de vin, une bière ou une autre boisson alcoolisée de temps à autre. Mais la limite entre ce qui est sain et ce qui est problématique est peut-être plus mince que vous ne le pensez. Nous avons depuis longtemps entendu dire que consommer une boisson par jour est bon pour la santé cardiaque. Et bien que cela puisse être le cas, des recherches récentes semblent montrer que boire aussi peu que trois fois par semaine augmente votre risque de développer un cancer.

Comme de nombreux facteurs influencent la façon dont notre corps assimile l’alcool, il est difficile d’établir un chiffre précis sur le nombre de boissons que l’on peut consommer. En général, une ou deux consommations d’alcool par nuit sont acceptables, tant que vous ne le faites pas tous les soirs. Mais selon ce que vous avez mangé récemment, votre poids, votre habitude de consommer de l’alcool et si vous prenez d’autres médicaments (entre autres facteurs), deux consommations ou plus en deux heures peuvent être excessives. Et bien sûr, dans certaines circonstances, même un seul verre est de trop. Vous ne devriez pas boire du tout si vous êtes enceinte, si vous partagez votre lit avec un enfant ou si vous utilisez de la machinerie, par exemple.

Combien les Canadiens boivent-ils par rapport aux gens d’autres pays?

La plupart des Canadiens ne vont pas prendre une pinte à l’heure du déjeuner comme les Anglais le font, mais cela ne veut pas dire que nous buvons beaucoup moins qu’eux. Le buveur d’alcool moyen au Royaume-Uni consomme 15,6 litres d’alcool pur par an. Le Canada est un peu à la traîne avec 13,8 litres.

Mais si on nous compare à l’Australie, les chiffres racontent une autre histoire. Les taux australiens de troubles liés à la consommation d’alcool sont beaucoup plus faibles que les nôtres : seulement 6,1 % des hommes et 2,7 % des femmes. En revanche, 12 % des hommes et 4 % des femmes au Canada sont considérés comme souffrant de troubles liés à l’alcool. Nous ne sommes pas au même niveau que les États-Unis, où 17,6 % des hommes et environ 10 % des femmes souffrent d’un trouble lié à l’alcool. Et nous sommes bien en dessous de la Russie, où près de 37 % des hommes en souffrent. Il n’en reste pas moins que la quantité de consommation problématique d’alcool au Canada est préoccupante.

Les effets à court et long terme de l’alcool

Nous savons que le trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale (TSAF) affecte les bébés des femmes qui boivent pendant leur grossesse, et nous ne connaissons que trop bien les effets de la conduite en état d’ébriété. 40% des accidents de voiture dans le pays sont causés par des conducteurs en état d’ébriété. Les effets à court terme d’une consommation excessive d’alcool peuvent cependant inclure l’empoisonnement à l’alcool, les battements de cœur irréguliers, la dépression respiratoire et même la mort.

Et les effets à long terme sont encore plus marquants. Ils comprennent :

  • Risque accru de démence
  • Risque accru d’AVC
  • Risque accru de cancer
  • Risque accru de décès prématuré
  • Cirrhose du foie

Vos enfants sont attentifs à votre consommation d’alcool

Il n’y a pas que les adultes canadiens qui luttent contre la consommation d’alcool à haut risque. Un grand nombre d’enfants mineurs boivent au Canada — 40 % des enfants de la 7e à la 12e année ont bu au cours des 12 derniers mois. Et l’âge moyen auquel ils ont consommé leur première boisson était de 13 ans. C’est important, car la recherche suggère que les personnes qui commencent à boire avant l’âge de 14 ans sont plus susceptibles d’avoir des problèmes de dépendance à l’alcool plus tard dans la vie que celles qui commencent à 21 ans. Les enfants se tournent vers leurs parents pour déterminer ce qui est socialement acceptable. Le fait de modéliser une consommation d’alcool à faible risque peut les inciter à adopter un comportement de consommation d’alcool approprié plus tard dans leur vie.

Personne ne veut vous enlever votre vin, mais il est bon d’être conscient de la quantité que vous consommez et de vous rappeler qu’il n’est pas nécessaire d’être alcoolique pour avoir un problème de boisson. Si vous êtes préoccupé par votre consommation d’alcool, alcooliques anonymes offre un certain nombre de ressources différentes, y compris des réunions en ligne. Comme toujours, vous pouvez parler à un médecin ou communiquer avec un professionnel de la santé mentale.

Vivre et bien-être
Que vous dit votre grain de beauté?

Read more
Vivre et bien-être
Quatre façons d’améliorer votre libido

Read more
Vivre et bien-être
Conseils et lignes directrices pour établir une relation saine

Read more

Abonnement à l'infolettre

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Deloitte award
The Globe and Mail award
LinkedIn award
Leadership Excellence award

© 2020 Maple. Tous les droits sont réservés.

Fabriqué au Canada