Skip to main content

See all > Industry Pulse

Améliorer la santé des effectifs afin de réduire l’absentéisme

décembre 3, 2018 • read

Share this article

Améliorer la santé des effectifs afin de réduire l’absentéisme

Même en offrant une meilleure protection médicale, les maladies évitables continuent d’engendrer des taux d’absentéisme élevés. Les employés ont pris en moyenne huit jours de congé de maladie en 2017, ce qui a contribué à la baisse de la productivité des équipes et, ultimement, à la réduction des résultats nets de l’entreprise. En 2016 seulement, l’absentéisme a coûté 16,6 milliards de dollars aux employeurs canadiens.

Pourquoi en est-il ainsi alors que de nombreux employeurs offrent des avantages sociaux?

La vérité est que plusieurs Canadiens évitent les visites chez le médecin, car ils n’ont pas accès facilement aux soins de santé. Trente-trois pour cent des Canadiens attendent en moyenne six jours ou plus avant de voir un médecin. L’idée de consulter dans une clinique sans rendez-vous angoisse la plupart des gens. Un simple rendez-vous chez le médecin peut facilement prendre trois heures si l’on prend en compte le déplacement, le temps d’attente et le triage au bureau du médecin ainsi que l’achat de médicaments à la pharmacie. En devant s’absenter du travail, les employés prennent du retard, ce qui leur ajoute un stress inutile.

Alors, au lieu de consulter un médecin et d’empêcher l’aggravation d’une maladie lorsque ses premiers symptômes se manifestent, les Canadiens prennent le pari que celle-ci passera rapidement. Sans moyen simple de résoudre les problèmes de santé graves, les employés choisissent d’aller travailler même lorsqu’ils sont malades, tout en se préoccupant de leur santé (ou de celle d’un membre de leur famille) pendant qu’ils sont au bureau. Ce phénomène est connu sous le nom de présentéisme, et Morneau Shepell a déclaré que 32 % des employeurs et 53 % des employés reconnaissent qu’il s’agit d’un sérieux problème.

Heureusement, la plupart du temps, les employés ont raison. Ils se rétablissent rapidement et recouvrent la santé en une semaine. Cependant, ce n’est pas toujours le cas. Ce qui était initialement un inconfort ou un malaise léger se transforme en infection urinaire grave ou en grippe et augmente considérablement le nombre de jours de maladie nécessaires.

Donc, que peuvent faire les employeurs?

On pourrait croire qu’il y a peu d’options. Toutefois, comme pour de nombreux problèmes, la technologie offre une solution simple et efficace. Grâce aux progrès réalisés en matière de connectivité, il est possible de résoudre jusqu’à 70 % des problèmes médicaux non urgents au moyen d’une consultation médicale par texto ou vidéo. Cela signifie qu’un employé peut consulter un médecin pendant qu’il se repose sur son sofa ou même lorsqu’il est au travail. C’est ce qu’on appelle la télémédecine ou les soins virtuels.

Bien que la télémédecine soit relativement nouvelle au Canada, elle gagne rapidement du terrain. Afin de maintenir les membres de leurs équipes en santé et productifs, des employeurs et des organisations avant-gardistes passent à l’action en incluant les soins virtuels dans leur protection d’assurance collective.

Des études ont montré que neuf personnes sur dix ayant recours à la télémédecine règlent leur problème sans avoir à subir un examen en personne. De plus, Maple a reçu une note de 5 sur 5 de la part de 98 % des utilisateurs. Voilà un exemple fantastique d’un taux de satisfaction élevé qu’il est possible d’obtenir lorsque les patients sont mis en communication directement avec un médecin sans le stress occasionné par la salle d’attente ni la perte de temps associée au triage effectué par le personnel infirmier, comme d’autres plateformes similaires l’exigent.

En plus de réduire le stress des employés, l’accès aux soins virtuels peut augmenter la productivité et le moral des troupes. Cela permet aux membres du personnel de se concentrer sur leur travail au lieu de se demander s’ils devraient prendre le temps de voir un médecin. C’est une véritable situation gagnante tant pour les employeurs que les employés qui devrait devenir pratique courante pour tout employeur cherchant à accroître la productivité et la santé de ses effectifs à l’avenir.

– – –

Écrit par Christy Prada, vice-présidente, Développement des affaires, chez Maple.

Pour plus d’informations, visitez notre page pour entreprises.

Living & wellness
Why erectile dysfunction is even worse than you think

Read more
Living & wellness
Constantly hungry but losing weight? Your thyroid might be to blame

Read more
Living & wellness
The lowdown on STDs…or is it STIs?

Read more